mercredi 10 octobre 2012

Zig zag

Allez, hop,comme ça vite fait en passant, entre 2 préparations de cours et la cuisson de mon aubergine au four, j'te colle une photo de ma manucure du jour (enfin, de y'a 2 jours pour être précise, mais présentement, elle est toujours sur le bout de mes doigts, donc bon).

Petite technique du zigzag au scotch, pour celles (ou ceux, mais y'en a moins) que ça intéresse et qui connaissent pas : on pose la couleur de base, on laisse bieeeeeen sécher, puis on découpe des petites pointes de scotch, qui vont servir de pochoirs.

On les colle donc sur les ongles, après avoir enlevé le trop plein de colle en les collant-décollant sur le dos de la main (toute une technique !), on appuie bien sur les pointes et les côtés, et on pose la deuxième couleur.

Avant que ça sèche, on enlève dééélicatement les pointes de scotch, et on laisse sécher avant de poser une couche de top coat (et on fait pas la boulette en voulant faire la dernière étape trop rapidement, ce qui fait baver la deuxième couleur...)

Et voilà le résultat !

(et pas de commentaires sur mes cuticules ! La craie, c'est le MAL !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 2 octobre 2012

Penne aux coques, sauce aux tomates séchées et basilic

Ce week end, on était de passage en Normandie, le papa et le frère du Normand avaient ramassé des coques, qui étaient donc au menu du samedi soir. Et comme il en restait, j'ai eu la chance de pouvoir repartir avec une bonne petite boite de coques pour la semaine !

Si samedi, on les a mangées nature, juste cuites dans l'eau bouillante, simple mais efficace, pour la deuxième tournée, j'avais envie de quelque de chose de plus "cuisiné" J'ai feuilleté mes quelques bouquins de cuisine, j'ai fouillé sur internet (marmiton mon ami), et puis l'inspiration est venue, et en croisant tout ça, je me suis lancée dans ma propre recette (en mode top master chef, youhou !)

Tout ça pour vous dire qu'aujourd'hui, je partage ma recette de :

Penne au coques, sauce tomates séchées pimentée et basilic !

Ingrédients :
 à vue de nez, 500 g de coques, avec les coquilles
du sel
 de l'huile d'olive
de l'ail
des tomates séchées (dans l'huile, mais séches ça doit marcher aussi)
du basilic frais
du piment d'Espelette
des pâtes (penne ou autres)


1) Tout d'abord, on fait dégorger les coques, qui sont potentiellement pleines de sable, pendant environ 2 h, dans de l'eau salée. En théorie, 35 grammes de sel pour un litre d'eau, histoire de se rapprocher de la salinité de la mer, en pratique, j'ai dosé au pifomètre, ça les a pas trop perturbées !

Pendant ces 2 heures, les coques vont gentiment (gentillement ?) barboter, s'ouvrir, se refermer, faire des bubulles et recracher une bonne partie du sable qu'elles contiennent. Attention, si vos coques sont ouvertes et ne se referment pas quand vous les touchez, c'est mauvais signe, elles sont mortes et pas au top de leur fraîcheur !

2) Après cette 1ère étape, on peut passer à la suivante, la partie cruelle de la recette ; ouvrir les coques en les cuisant vivantes !

On met les bestioles dans une casserole, à fond large de préférence, on recouvre d'eau, mais pas trop (il suffit que les coquilles affleurent, ), on sale pas, c'est pas la peine, et on chauffe. C'est une étape assez rapide, le but est juste d'ouvrir les coques. Si on n'utilise pas de casserole à fond large, on remue pour que toutes les coques soient bien au chaud, et s'ouvrent plus ou moins en même temps.

Une fois qu'elles sont toutes ouvertes, on égoutte au dessus d'un saladier pour récupérer le jus de cuisson (en effet, ça sert pour la suite de la recette, voire pour d'autre recettes...), et on décortique (ce qui se fait plutôt rapidement !). On peut les rincer à l'eau froide pour pas se cramer les doigts si comme moi, on est une petite chochotte...

3) Dans une poêle, on fait chauffer un peu d'huile avec une gousse d'ail écrasée (pas broyée, juste écrasée avec le plat du couteau par exemple, sinon, le goût sera trop fort : paye ton haleine de fennec !), et on fait revenir rapidement les coques décortiquées. Pas trop longtemps, histoires qu'elles finissent pas en fragments de caoutchouc (coque trop cuite, coque élastique !).

4) Dans un petit mixer, on place 4-5 tomates séchées (conservée dans de l'huile, sinon, on rajoute un filet d'huile d'olive), 3-4 belles feuilles de basilic, une pincée de piment d'Espelette (ou plus si on aime quand c'est relevé, personnellement, je suis douillette du piment) et un peu de jus de cuisson des coques pour fluidifer tout ça, et zouic zouic, on mixe.
(Si vous remarquez du sable dans votre jus de cuisson, vous pouvez le passer sur un filtre un café avant.)

5) On fait cuire des pâtes, pas besoin de plus d'explications a priori. Histoire de raconter ma vie, je suis fan des penne semi-complètes, elles accrochent bien la sauce et restent bien fermes ! Et puis elles apportent des fiiiiibres !

5) On pense à retirer la gousse d'ail écrasée de la poêle où on a fait revenir les coques (à mon qu'on aime les surprises goûtues à la dégustation ^^), on ajoute la sauce, les pâtes, on remue, on peut réchauffer vite fait, et c'est prêt !

Zou, dans l'assiette, 2 petites feuilles de basilic pour la déco, et bon appétit !




EDIT : la voilà, la photo !

Et puis la prochaine fois, si ça vous dit, je vous expliquerai comment j'ai fait un risotto avec le jus de cuisson des coques (oui, j'étais inspirée et motivée lundi !)

Rendez-vous sur Hellocoton !