lundi 18 juin 2012

Handicapée de l'amitié ?...

C'est marrant comment on peut commencer une semaine en se disant que l'amitié c'est trop beau, qu'on peut passer un long moment sans se voir, et quand on se revoit, c'est comme avant, rien n'a changé. Et quelques jours plus tard, se dire qu'en fait, c'est tout pourri, que ça fait mal de se rendre compte qu'un groupe d'amis prend le large en nous laissant derrière sans même s'en rendre compte...

Je reproche rien à personne, c'est juste les choses qui se font comme ça, évidemment, quand les gens se voient tous les mois, toutes les semaines, et qu'on arrive comme un cheveu sur la soupe qu'une fois par an, ça devient difficile de se trouver des points communs.

Je pensais naïvement que le fait de se rapprocher finalement pouvait relancer les choses, mais peut-être que c'est trop tard, qu'une fois que lien est détendu, on peut plus le resserrer...

Ce qui me fait me remettre le plus en question, c'est que c'est pas la première fois que ça m'arrive. Et les "réseaux sociaux", ça appuie bien là où ça fait mal : je vois des groupe d'amis, dont j'ai fait partie, continuer à se voir, à évoluer ensemble, sans moi. Je suis la fille qui passe, avec qui on rigole bien un moment, mais qu'on oublie facilement quand elle est plus là... La fille qui a été sur les photos, et qui n'y est plus, qui a été remplacée...

Je sais même pas si c'est de ma faute, s'il y a quelque chose que je fais mal... J'ai pas l'impression de fermer la porte à qui que ce soit, bien au contraire. Les amis sont toujours les bienvenus chez moi, je pense le dire assez souvent, et toutes les fois où j'ai été éloignée, j'ai eu l'impression de faire tout mon possible pour garder ce lien.

Tout ce que je sais, c'est que je suis pas du genre à appeler toutes les semaines pour prendre et donner des nouvelles, et même si ça m'empêche pas d'avoir régulièrement une petite pensée pour tous les gens qui me sont chers, je donne peut être pas l'impression d'être très attachée.

Enfin, voilà, c'est la vie, y'a juste des petits évènements qui sont parfois la goutte qui font déborder le vase.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 14 juin 2012

Ca progresse !

Juste un mot vite fait, pour les dernières nouvelles. Ca se précise pour la rentrée, je suis sûre d'être prof dans le lycée que j'ai déjà visité quelques fois ! Pour le moment, un poste est libre, qui me convient plutôt bien, mais je garde toujours l'espoir que l'autre, dont je vous ai déjà parlé, se libère aussi. 

Réponse fin juin !
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 7 juin 2012

Les joies de l'administration, effet kiss kool !

Pfiou, hier, j'ai vraiment passé une journée de merde, plein de stress, déception, angoisse et compagnie ! Je vous explique !

1er acte : 5 et 6 juin, réunion qui décide des mutations : qui a droit de partir où et quand. Réunion que j'attendais avec impatience, vu qu'elle devait me permettre d'en savoir plus sur ma situation à la rentrée (prof ou pas prof, où ? quoi ? etc.). J'ai donc passé toute la journée à rafraîchir la page d'accueil du syndicat auquel je suis affiliée pour y voir apparaître le compte rendu de la fameuse réunion. La page m'annonçait que le compte rendu serait publié à la fin de la réunion, prévue pour 18h30. Oui oui, 18h30, mais j'ai quand même passer toute l'aprem à faire F5 F5 F5, des fois que la réunion se terminerais plus tôt que prévu (mais bien sûr, je crois que tout mon sens commun s'était étouffé dans mon stress sur le coup)

Bref, c'est après des heures de martyrisation de mon clavier, vers 20 heures, que ZE compte rendu est enfin apparu ! Je commence par ouvrir un tableau de 52 pages, CTRL + F pour trouver mon nom... Pas de nom... Des fois que ça soit le CTRL F qui marche pas(oui oui, je sais...), je me farci les 52 pages à la recherche de mon nom, que je ne trouve pas plus... La pression monte, puis je me rend compte qu'il y a un deuxième document ! Hiii ! Je trouve mon nom... Et là, c'est le drame, toutes mes demandes affiches "poste non vacant", notamment celui pour lequel je me suis déjà déplacée deux fois, et dans lequel j'ai déjà eu le temps de bien me projeter... OK.. Je comprend donc que pas de poste à la rentrée, pas de boulot, va falloir que je me lance à la recherche d'autre chose, sauf que là, je sais plus du tout ce que je veux faire d'autre, et puis merde, ça va être vachement plus compliqué pour me réintégrer dans la fonction publique du coup... Coup de stress, mal de bide, toussa toussa...

2ème acte : entre 2 clic-clic frénétiques, mon cerveau a une illumination, c'est l'avant dernier jour pour remplir ma déclaration de revenus sur internet, oh joie... Ma, plutôt notre déclaration, vu qu'on s'est pacsé l'année dernière, cette année c'est déclaration commune pour le Normand et moi !Bon, je m'y prend un peu au dernier moment, c'est maaal, je sais, mais en même, ça va aller vite (que je me dis, hahaha...). J'ai tout ce qu'il faut sous la main, les doc justificatif, les montants, mes identifiants, ceux du Normand, et j'ai vérifié, je peux faire la déclaration en ligne vu que l'année dernière, il est été rattaché au foyer fiscal des parents.

Je commence donc à remplir/cocher les cases, jusqu'à la fameuse ligne qui me demande son numéro de télédéclarant. Keuwah ? J'ai pas, ça, comment se fait-ce ? Bon, et ben coup de téléphone à belle maman, voir si elle peut me renseigner. Bon (bis), là tout de suite elle est pas là, j'ai plus qu'à attendre qu'elle rappelle. Elle rappelle, je lui explique, et elle m'apprend qu'elle fait la déclaration sur papier, mais qu'elle va regarder au cas où si elle trouve ce fameux numéro. Elle ne trouve pas. Il est 18h00, ça sert plus à rien d'appeler le centre des impôts (un sursaut de mon sens commun sans doute).

Acte 1 + Acte 2 = breizhillienne qui va au dodo très contrariée...

3ème acte : le lendemain. Je me réveille mitigée : toujours l'énervement de la veille, mais je me dis qu'après une journée pourrite comme ça, ça ne peut qu'être mieux aujourd'hui.
On se bouge, première étape : appeler le directeur du lycée que je vise pour voir s'il a plus d'info ; réponse : "je n'ai pas plus d'info". OK.

Deuxième étape : on résout ce problème d'impôts. Premier coup de téléphone,, ça répond pas,j'appelle un autre numéro, la madame me conseille d'appeler un autre service qui m'explique que ben non, si mon Normand a pas fait de télédéclaration l'année dernière, on peut pas en faire une cette année, il faut faire une déclaration papier. Le délai pour la déclaration papier ? 31 mai. On est le 7 juin. OK. Je raccroche, je me dis qu'on va devoir payer des pénalités en plus youpi, et je réalise que je n'ai pas de formulaire pour faire ma déclaration papier.

Donc, je rappelle la première madame que j'ai eu, très gentille, qui me dit de passer au centre qui est à 10 mn de chez moi pour récupérer un formulaire. Et elle m'explique que si je prépare un courrier explicatif, ça devrait aller, je ne devrais pas avoir de pénalités de retard. Ouf, je prépare donc un courrier pour le centre, je vais chercher la papier, et une madame me dit qu'elle n'est pas à déposer chez eux, mais au centre des impôts. Ben oui, logique.

Donc, je ré-écrit mon courrier en changeant de destinataire, je remplis la déclaration (10mn chrono, je vous l'avais dit que ça serait rapide !), et je décide d'aller la déposer en main propre au centre des impôts qui est à 20-25 min de la maison, histoire de pas amplifier le retard en passant par la poste. 25 mn de route, j'arrive au centre, je vais le monsieur préposé aux déclarations de revenus qui est très compréhensif, et surtout très désolé de m'apprendre que c'est pas à lui que je dois donner ma déclaration, mais qu'il faut l'envoyer dans l'Aveyron, vu qu'au 1er janvier 2012, on y était encore.

GNIIIIH. Je me tape donc les 25 mn de retour, je re-refais un courrier au nouveau bon destinaitaire, et je file jusqu'à la poste envoyer mon enveloppe avec double dose de timbre pour être sûr que ça arrive pas dans trois mois. Résultat : il est 12h45, j'en sais pas plus que ca matin et j'ai FAIM ! A cette heure-ci, ça sert à rien que j'appelle qui que ce soit, donc je mange !

Puis, je décide d'envoyer un mail désespéré à la prof que je pensais remplacer à la rentrée pour savoir si elle a plus de détails. Faut croire qu'il fallait juste manger pour que tout aille mieux, parce qu'à partir de là, ça s'arrange.

Elle me rappelle, et m'explique qu'en fait, rien n'est perdu, c'est juste plus compliqué que prévu. En gros, je veux le poste d'une prof qui a demandé sa mutation sur un poste qui ne se libérera que si la personne a sa mutation sur un autre poste qui sera libre si la personne qui y est a aussi sa mutation, et cerise sur le gâteau, ce dernier maillon de la chaîne est une personne qui veut changer de ministère, et c'est ça qui ralentit tout !!!

Bon, pour résumer, concernant la rentrée, j'en suis toujours au même point, suspense jusque fin juin a priori (à moins que le suspense dure encore un peu plus !)

Et puis finalement, j'ai pu avoir le centre des impots aveyronnais ; avec le courrier que j'ai fait, pas de souci, pas de pénalités : OUF !

Voila, c'était l'ascenseur émotionnel du jour, ça mérite bien une ptite barquette de fraises tout ça !

(et félicitations si vous êtes arrivées au bout de ce pavé)



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 5 juin 2012

Miam miam...

Si il y a bien un truc qui me passionne dans la vie, c'est la bouffe ! Oui, je suis un ventre sur pattes, j'adore tout particulièrement faire de la pâtisserie, mais pas que !

En troisième année, j'ai fait une option Nutrition Santé, et ça a été la révélation !

Manger, ce n'est pas que avaler des nutriments ; entre la dimension sociale, les aspects psychologique et l'impact environnemental, y'a vraiment beaucoup de chose à dire, et je pourrais en parler pendant des heures !

D'ailleurs, c'est en discutant avec Habana que l'idée d'en parler ici m'est arrivée (merci). J'ai mis un peu de temps à mûrir tout ça, je sais pas vraiment par où commencer d'ailleurs, mais comme en ce moment j'ai le temps, je me dis que c'est le moment idéal !



Du coup, pour commencer, je vais vous parler de quelques unes de mes lectures. Parce que oui,j'aime lire, et si à la FNAC, vous me trouvez pas au rayon polar, a priori, au rayon cuisine ça devrait être bon !

Le tout dernier que j'ai acheté s'appelle "Ceci n'est pas... un régime", du Dr Lylian Le Goff et Laurence Salomon. Alors, certes, avec un titre comme ça, on se dit que c'est encore un livre qui va te donner des recettes miracles pour avoir un corps de super bombasse le temps de te promener en maillot pendant 3 semaines à la plage.. Mais non !

Même si l'accroche du livre est quand même basée sur la perte de poids, c'est un peu plus poussé que ça, et ce qui m'a plu, c'est que ça rejoint complètement mes convictions en ce qui concerne l'alimentation.

En bref, ce livre présente ce que les auteurs estiment être une alimentation durable, c'est à dire une alimentation qui permettent une bonne santé et une bonne forme physique, dans l'immédiat et sur le long terme, mais aussi une alimentation qui n'impacte pas (ou peu) négativement l'environnement et qui de préférence, évite de vider complètement ton portefeuille. Dans les grandes lignes, ça donne :

      - éviter les produits trop raffinés, soit : privilégier les céréales complètes ou semi complètes (que ce soit farine, pâtes, pain...), le sucre de canne roux ou intégral, les huiles vierges premières pression, etc. Les produits raffinés apportent ce qu'on appelle des "calories vides" : par exemple, le sucre blanc n'apportera que du saccharose, tandis que le sucre roux, voire intégral est également source de minéraux, de fibres... Du coup, le livre encourage particulièrement à cuisiner un maximum, pour éviter de consommer des plats cuisinés, des produits tout faits souvent riches en produits raffinés, en sel, en graisses saturées, etc.

      - privilégier le bio. D'ailleurs, ça rejoint le premier point, dans la mesure où les résidus de traitements phytosanitaires appliquées aux cultures se concentrent particulièrement dans les enveloppes extérieures (peau, son...). Une farine complète issue de l'agriculture conventionnelle a donc plus de risques de nous exposer à des résidus de pesticides que son équivalent bio, ou qu'une farine du type T55 (= raffinage assez poussé) conventionnelle.
Le deuxième argument est bien sûr environnemental, je pense que je n'ai pas besoin de développer ce point.
Un dernier argument (et attention, je vous colle un extrait de mon mémoire de fin d'études ^^) : "Cette habitude d’utiliser des produits moins raffinés peut [également] s’expliquer par un souhait [...]de valoriser au maximum [la] production. En effet, avec 100 kg de blé, on obtient 75 kg de farine blanche de type T55, soit une perte de 25 %, alors que le poids de farine semi-complète [T80] obtenu avec la même quantité de matière première peut atteindre les 85 kg ; la perte est inférieure de 10 points." L'intérêt est donc de limiter le gaspillage et de mieux valoriser les productions.

      - limiter la consommation de protéines animales. Dans les dernières décennies, la consommation de  viande, et particulièrement de viande rouge a explosé, je pense pas me tromper en disant que 90 % des gens de mon entourage (et moi y compris) mangent de la viande tous les jours. Deux "soucis" liés à ça : premièrement,  la viande apporte une quantité assez importante d'acides gras saturés, qui peuvent être responsables de maladies cardio-vasculaires notamment (excès de cholestérol, tout ça tout ça...). Deuxièmement, d'un point de vue écologique/économique, la viande n'est pas vraiment gagnante : les animaux que nous consommons sont nourris avec des végétaux que nous pourrions nous-même consommer, et il faut l'équivalent de 7 protéines végétales pour produire 1 protéine animale. Pour faire un gros résumé : avec 1 hectare, un producteur de céréales nourrira plus de personnes qu'un éleveur bovin.

Je précise ici que je ne suis pas pro-végétarien/végétalien/vegan. Pour moi, la viande, au delà d'être un plaisir ("une côte de boeuf, aaaah !" (la première personne qui trouve ma référence a gagné)), c'est un aliment de base. La viande apporte des nutriments que les végétaux n'apportent pas ou peu (vitamine B12, fer plus biodisponible..) et l'apport en acides aminés est mieux équilibré. Le problème, c'est tout simplement qu'on en mange trop, 2 à 3 fois par semaine serait suffisant.

Alors, comment on équilibre ses repas, vous me dites ? Tout simplement en sachant bien associer les produits végétaux : pour obtenir un apport équivalent à la viande en acides aminés , le mieux est d'associer céréales (blé, maïs...) et légumineuses (soja, lentilles...). D'ailleurs, et je trouve ça super intéressant, c'est que sans connaissances en termes de nutriments, l'humain a traditionnellement élaboré des plats équilibrés en acide aminés :  coucous = semoule de blé dur + pois chiche ;  plats mexicains = maïs + haricots rouges ; cuisine japonaise = riz + soja... (sachant qu'à la base, ces différents plats sont sans protéines animales).

Le livre aborde également l'aspect psychologique de l'alimentation : pourquoi on grignote, pourquoi on mange trop, pourquoi les régimes amènent le plus souvent à regrossir (je me prive, je me prive, je me prive... Aah, je craaaaque : chocolat, bonbons charcuterie et bim, 3 kilos dans chaque fesse !). Mais ça, je vous en parlerai plus tard, avec un ou deux autres livres bien intéressants.

Voilà pour aujourd'hui, j'espère que tout ça intéressera quelqu'un d'autre que moi, et surtout, si vous avez des questions, besoins de précisions, posez les ! C'est un sujet qui me passionne, j'adore en parler, mais je ne sais pas forcément par où commencer.

Et aussi, je suis loin d'être une experte, s'il y a des corrections à apporter, dites-le moi !

Rendez-vous sur Hellocoton !